• Actualités
  • "Chanson Douce" et "Proxima" : deux portraits de femmes au cinéma

"Chanson Douce" et "Proxima" : deux portraits de femmes au cinéma

Publié le 27 novembre 2019
  • Pro

Mercredi 27 novembre 2020 sortent en salle les films de deux réalisatrices françaises talentueuses formant deux portraits de femmes singulières : Chanson Douce de Lucie Borleteau, adaptation du livre de Leïla Slimani (prix Goncourt 2016), et Proxima d’Alice Winocour.

Accompagnés par notre équipe, les deux films ont bénéficié du Fonds de soutien de la Région Île-de-France et ont permis de mobiliser de nombreux professionnels qualifiés du secteur cinématographique et plusieurs sociétés de post-production franciliennes.

Chanson douce, produit par Pascal Cocheteux et Grégoire Sorlat pour Why Not Productions a bénéficié d’une aide de la Région Île-De-France à hauteur de 340 000 euros en 2019. Karine Viard y interprète Louise, recrutée comme garde d‘enfants par un couple de jeunes parisiens (Leïla Bekhti et Antoine Reinartz), et dont l’équilibre psychologique semble progressivement basculer vers la folie. Les producteurs ont collaboré avec Le Labo et la Compagnie Générale des effets Spéciaux pour ce film. La réalisatrice Lucie Borleteau s’est faite remarquée en 2016 pour son film Fidélio, L'Odyssée d'Alice.

chanson-douce
Chanson Douce - Lucie Borteleau
© Crédit : Studio Canal

Avec Proxima, Alice Winocour, nominée aux Césars 2013 pour son premier long-métrage Augustine, satisfait un rêve d’enfant en filmant la vie d’une astronaute durant ses préparatifs avant sa première mission pour Mars.  A l’instar d’un 2001 l’Odyssée de l’espace de Kubrick, où l’enjeu était le voyage intérieur d’un personnage plus que sa destination, Proxima nous montre la transformation d’une femme (interprétée par Eva Green), en « super-héroïne » prête à affronter l’espace.

proxima
Proxima - Alice Winocour
© Crédit : Pathé

Financé à hauteur de 400 000 euros par la Région Île-de-France (2017), le film est le fruit d’une collaboration de la réalisatrice avec deux productrices : Isabelle Madelaine (Dharamsala) et Emilie Tisné (Darius Films). Il a nécessité 11 mois de post production et a mobilisé de nombreuses sociétés techniques franciliennes : Archipel pour le montage image, Hal pour le montage son, Mikros Image pour les VFX, Purple Sound pour le mixage, ainsi que les laboratoires Ike No Koi pour le traitement des rushes, l’étalonnage, la fabrication des DCP et Hiventy pour la fabrication des PAD, sous-titrage, SME & AD…