Ernet et Celestine

L'animation en Île-de-France

  • Pro

La Région Île-de-France consacre chaque année près de 5,4M d’euros à la filière animation. Depuis 2016, elle a soutenu 20 œuvres dont 12 long-métrages de cinéma. Elle concentre a elle seule :

  • 75 %

    des emplois dans l'animation en France
  • 43%

    du volume de production français
  • 5345

    professionnels participent à la création de ces œuvres
  • 41 %

    de profils cadres, garantissant expertise et compétences élevées.

La région Île de France dispose de tous les atouts pour réussir votre projet d'animation :

  • Les plus grosses sociétés spécialisées dans ce secteur sont situées en Île-de-France
  • Les Gobelins, l'école de l'image à Paris a été classée meilleure école d'animation au monde par le site Animation Career Review. Cela permet à la région de disposer des talents les plus créatifs, formés aux techniques les plus récentes dans ce domaine
  • La politique régionale en matière d'aide au cinéma d'animation se renforce depuis 2020 pour soutenir les productions régionales.

 

Un cadre d’action amélioré 

Grâce aux réformes successives de janvier 2017 et du 5 Mars 2020, le Fonds de soutien cinéma & audiovisuel de la Région Île-de-France est désormais beaucoup plus favorable aux projets d’animation. 

Evolutions :
  • Critères d’accès simplifiés pour l’animation et prise en compte de spécificité pour les dépenses éligibles afin de rendre le dispositif plus accessible et attractif ; 
  • En cinéma les œuvres d’animation bénéficient d’un examen au sein du collège 3 spécialisé sur les films à fort impact économique dans lequel siègent des professionnels de la filière ; 
  • Des barèmes d’aides fortement réévalués et un budget du Fonds augmenté de 3M€ depuis 4 ans (de 14M€ à 17M€), permettant ainsi d’accorder des aides plus nombreuses et plus importantes, jusqu’à 700 000€. 
  • Par ailleurs les projets d’animation peuvent demander un bonus pour technologies innovantes ou dépenses techniques exceptionnelles afin de favoriser l’impact économique réel et de faire de l’Île-de-France un territoire pionnier sur certaines technologies de pointe. 
  • Des durées minimum par épisodes de séries abaissées à 2mn pour s’adapter à la réalité du marché 
  •  Un soutien renforcé aux projets d’animation audiovisuels ou cinématographiques 
  • Au total depuis 2016 ce sont 20 œuvres d’animation (12 en cinéma et 8 pour la télévision) qui ont été soutenues en production. 

La Région Île-de-France soutient également la filière en amont avec son Aide à l’écriture (8 auteurs soutenus en pour des courts et des longs métrages ainsi que des séries audiovisuelles) et pour la finalisation des courts ou longs métrages d’animation avec son Aide après réalisation (1 Long métrage soutenu en 2016 et 3 court métrage en 2018 et 2019) 

 Pour la télévision :

Entre 2016 et 2019, 28 œuvres d’animation ont été déposées et 13 soutenues.  Le taux de sélectivité est très favorable aux œuvres d’animation, proche de 50%, contre moins de 30% pour la fiction et le documentaire. 

 Pour le cinéma  :

12 longs métrages d’animation ont été soutenus depuis 2016 avec une moyenne d’aide de près 320 000 € par production. 

L’année 2019 a été tout à fait remarquable avec la sélection de 3 longs métrages d’animation au Festival de Cannes : La Fameuse invasion de la Sicile par les ours de Lorenzo Mattotti, Les Hirondelles de Kaboul de Zabou Breitman & Eléa Gobbé-Mévellec et J’ai perdu mon corps de Jérémy Clapin, qui obtient également en 2020 le César du Meilleur film d’animation, après une nomination aux Oscars.   

 Parmi les projets très attendus en 2020 et 2021 : Saules aveugles, Femmes endormies animation numérique 2D écrite et réalisée par Pierre Földes et adaptée de nouvelles d’Haruki Murakami ou encore Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary de Rémi Chayé présenté en section WIP à Annecy en 2019. 

Long-métrages d'animation ayant bénéficié du Fonds de soutien de la Région Île-de-France :